Matière eau


L'eau et le confort intérieur

L’eau est présente sous forme gazeuse dans l’air que nous respirons. Sa concentration peut varier, impactant la sensation confort hygro-thermique des habitants.  Comment les matériaux qui composent les parois intéragissent-ils avec l’humidité ambiante ?

 

Le confort "hygro-thermique"
Le confort hygro-thermique de l'habitat est lié à l’eau contenue dans l’air ambiant (hygro) et à la température de l’air (thermique) qui sont indissociables. Le corps humain, dont le métabolisme produit de la chaleur, échange en permanence de l’énergie avec son environnement. L’équilibre des pertes thermiques dépend notamment de la température et de l’humidité relative de l’air ambiant, et de la température et de l’humidité des matériaux environnants. La conception du bâtiment permet d’agir sur ces paramètres, notamment par le choix des matériaux utilisés.

L'humidité relative
A 20°C, 1kg d’air peut contenir 14,7g d’eau sous forme de vapeur. Toute quantité de vapeur d’eau supérieure provoque une instabilité ; l’eau en excès se condense. On dit que l’on a atteint le point de rosée. La quantité d’eau contenue dans l’air à laquelle on atteint ce point varie en fonction de la température. Si la température augmente, l’air peut contenir davantage d’eau : à 40°C, 1kg d’air peut contenir jusqu’à 50g d’eau. A l’inverse, lorsque la température diminue, l’air peut contenir moins d’eau : à 0°C, 1kg d’air peut contenir au maximum 3,8g d’eau.

L’humidité, c’est-à-dire, la concentration en eau de l’air, dépend de la température : on parle d’ humidité relative. A une température donnée, il s’agit du rapport entre la quantié d'eau contenue dans l'air et la quantité maximum que l'air peut contenir avant saturation et donc condensation. L'humidité relative est exprimée en %.

Les ingrédients du confort hygrothermqiue
Les sources d’humidité dans l’habitat sont nombreuses. Elles proviennent de l’environnement extérieur (humidité de l’air ambiant, précipitations) mais aussi de la vapeur d’eau générée par les habitants à l’intérieur du bâtiment (respiration, utilisation de la cuisine et de la salle de bain).

Il est conseillé de maintenir dans l’habitat une humidité relative moyenne de 50%, pour les raisons suivantes :

  • Le confort thermique : la température ressentie dépend de l’humidité relative de l’air. Qu’il fasse chaud ou froid, un excès d’humidité accentue la température ressentie. Lorsqu’il fait chaud, le phénomène de transpiration qui permet de refroidir le corps humain fonctionne moins bien lorsque l’air est chargé d’humidité. Cet effet est pris en compte par l’ indice humidex. A l’inverse, lorsqu’il fait froid, l’air humide est plus conducteur thermiquement que l’air sec et contribue davantage au refroidissement du corps humain.
  • La qualité de l’air : une humidité relative trop élevée, comme une humidité relative trop faible favorise le développement de bactéries et de virus. Les infections respiratoires sont favorisées par l’air sec. Une humidité relative moyenne d’environ 50% permet de conserver un air intérieur sain.
  • La durabilité du bâtiment : si les matériaux constituant les parois se chargent en humidité, leurs propriétés (mécaniques, thermiques) risquent d’être altérées. Une humidité relative modérée permet d’éviter le développement de ces pathologies. A 20°C, 1kg d’air peut contenir 14,7g d’eau sous forme de vapeur. Toute quantité de vapeur d’eau supérieure provoque une instabilité ; l’eau en excès se condense. On dit que l’on a atteint le point de rosée.
 
Manips associées au thème "l'eau et le confort intérieur"