Matière eau

L'eau pour modeler

La terre est constituée de grains de différentes tailles, d’air contenu dans les vides laissés entre ces grains, et d’eau résiduelle qui ne s’évapore qu’en chauffant la terre à très haute température. Comment transformer cette terre meuble en un matériau cohésif ?

 

De l'eau dans la terre

Une option consiste à compacter cette terre pour en chasser l’air : c’est ainsi qu’on fabrique le pisé, en foulant la terre couche par couche dans un coffrage. La terre contient alors une quantité d’eau très faible : elle est humide. Une autre option consiste à modeler la terre en lui donnant une consistance plastique. Pour cela, il est nécessaire d’ajouter de l’eau à la terre, augmentant momentanément la proportion de sa phase aqueuse qui diminuera au moment du séchage. C’est ainsi que l’homme fabrique les premières briques ou adobes, en moulant la boue au creux de ses mains. Aujourd’hui la brique perdure, dans sa version crue ou cuite. Le procédé consiste à mouler ou à extruder une terre fine rendue plastique grâce à l’ajout d’eau. En ajoutant d’avantage d’eau à la terre, on obtient un mélange de consistance visqueuse que l’on peut utiliser pour enduire un mur ou assembler des briques.  
Cette utilisation de l’eau en différentes proportions dans la terre permet, à partir des mêmes matières premières, d’accéder à toute une palette de matériaux.
On retrouve cette logique dans la mise en oeuvre de tous les bétons, qui sont faits d’un mélange de granulats (minéraux, végétaux), d’un liant (argile, ciment, chaux...) et d’eau. A l’état frais, ce mélange est appelé mortier.

Les cinq états hydriques de la terre

En résumé, comme présenté sur l’image ci-dessous, un mortier comme la terre peut se trouver dans différents états hydriques : sec, humide, plastique, visqueux, liquide. Chacun des états hydriques peut être défini par un test sensoriel. A partir de la terre sèche, on ajoute de l’eau petit à petit et on observe la consistance du mélange :
> L’état humide permet de former une boule par pression de la paume de la main qui, lâchée de hauteur d’homme, s’écrase sur le sol en se brisant en plusieurs morceaux.
> L’état plastique permet de former une boule maléable «comme de la pâte à modeler» qui, lâchée de hauteur d’homme, s’écrase sur le sol en s’étalant sans se casser.
> L’état visqueux ne permet plus de former une boule. Le mélange colle aux doigts mais ne coule pas.
> L’état liquide se caractérise par un mélange qui coule entre les doigts.
Les états hydriques sont donc associés à des gestes de bâtisseurs. On pourra compacter un mélange humide pour faire du pisé, mais on préfèrera un mélange plastique pour mouler une brique de terre crue, une consistance visqueuse pour couler un béton de terre ou réaliser un enduit.


Manips' associées au thème "l'eau pour modeler la matière"